Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/www/chapelierfou.com/htdocs/wp-content/themes/jannah/functions.php on line 72
Les mythes sur la maladie de Parkinson
Société

Les mythes sur la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique complexe caractérisée par la dégradation des neurones producteurs de dopamine dans la substance noire du cerveau, entraînant une myriade de symptômes qui évoluent progressivement. En règle générale, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson remarquent pour la première fois de subtils tremblements ou raideurs. À mesure que la maladie progresse, les symptômes peuvent inclure des difficultés de mouvement, des changements de posture, des expressions faciales masquées, une diminution de l’odorat, des changements d’humeur et des troubles du sommeil. Dans certains cas, un déclin cognitif ou une démence peuvent suivre l’évolution de la maladie.

Sommaire

La maladie de Parkinson au-delà des symptômes liés au mouvement

La maladie de Parkinson n’affecte pas seulement les fonctions motrices, mais elle provoque également toute une série de symptômes non moteurs. Les symptômes non moteurs de la maladie peuvent être présents avant les symptômes physiques et comprennent des troubles cognitifs, des troubles émotionnels tels que la dépression et l’anxiété, des troubles du sommeil, des douleurs, de l’apathie, des difficultés sexuelles et des problèmes intestinaux.

La présence trompeuse de tremblements dans le diagnostic de la maladie de Parkinson

Bien souvent, les tremblements sont exclusivement associés à la maladie de Parkinson, mais ce symptôme peut être révélateur de diverses affections, notamment le tremblement dystonique ou la dystonie dopa-sensible. Par conséquent, le tremblement seul n’est pas un marqueur suffisant pour établir un diagnostic définitif de la maladie de Parkinson.

Les « poussées » dans la maladie de Parkinson

Contrairement à des affections telles que la sclérose en plaques qui connaissent des exacerbations évidentes, la maladie de Parkinson ne présente généralement pas de « poussées ». La progression des symptômes est généralement progressive, bien que des fluctuations quotidiennes puissent survenir. Une aggravation soudaine est souvent liée à des facteurs externes tels que des infections ou des problèmes de médicaments, plutôt qu’à une caractéristique de la maladie elle-même.

Les défis liés à la prévision de la progression de la maladie de Parkinson

La prévision de la trajectoire de la maladie de Parkinson se révèle particulièrement difficile, en raison des manifestations et de l’évolution de la maladie propres à chaque individu. Dans le but de mieux prédire l’évolution de la maladie, les chercheurs s’efforcent de comprendre les différences considérables entre les expériences des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

La présence de tremblements chez les patients atteints de la maladie de Parkinson

Les tremblements, un signe caractéristique souvent associé à la maladie de Parkinson, ne sont pas universellement ressentis par toutes les personnes atteintes. En fait, les tremblements peuvent être absents chez certaines personnes, on estime que 20 % d’entre eux ne les développeront pas du tout au cours de l’évolution de leur maladie. La survenue et la gravité des tremblements peuvent être influencées par les régions spécifiques du cerveau qui sont affectées.

L’efficacité des traitements dans la gestion de la maladie de Parkinson

De nombreuses personnes ont le sentiment que les traitements de la maladie de Parkinson, en particulier la lévodopa, ne sont pas aussi efficaces après plusieurs années. Cependant, la lévodopa, transformée par le cerveau en dopamine, peut rester bénéfique de longues années, malgré une diminution progressive de son efficacité en fonction de l’évolution de la maladie elle-même. Avec le développement de la maladie de Parkinson, l’enzyme responsable de la conversion de la lévodopa en dopamine devient moins présente en raison de la perte de neurones dopaminergiques : il s’agit là d’un facteur essentiel de la diminution de l’efficacité du médicament au fil du temps.

Contrairement au préjugé sur l’exacerbation des symptômes de la maladie de Parkinson par la lévodopa, ce médicament n’aggrave pas directement la maladie. En revanche, son utilisation à long terme et la progression de la maladie peuvent entraîner des effets secondaires moteurs tels que la dyskinésie, qui consiste en mouvements involontaires et irréguliers. La tendance au report du traitement par la lévodopa existe depuis longtemps. Cependant, les conseils médicaux actuels comme ceux, généraux, promulgué par le site MDHP, ne retardent pas son utilisation, en raison des avantages liés à l’amélioration de la mobilité, qui dépassent généralement les désagréments d’une légère dyskinésie.

L’exercice et les interventions non pharmacologiques dans les soins de la maladie de Parkinson

Selon certaine croyance, les produits pharmaceutiques peuvent soulager les symptômes de la maladie de Parkinson ou ralentir sa progression est infondée. En effet, le maintien d’une activité physique joue un rôle crucial dans l’amélioration des symptômes et dans le ralentissement potentiel de la progression de la maladie. Une initiation précoce et une activité physique régulière peuvent aider à gérer la maladie plus efficacement.

Conclusion

La maladie de Parkinson, en elle-même, n’est pas mortelle comme une crise cardiaque soudaine, mais elle réduit l’espérance de vie, en particulier chez les personnes diagnostiquées à un plus jeune âge ou chez celles qui développent une démence. Le risque de chutes ou de pneumonie potentiellement mortelles, en raison de difficultés de déglutition et d’affaiblissement des réflexes de toux, est plus élevé chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Montre plus

Articles Liés

Close